Le système Autopilot de Tesla utilise désormais une vision radar (capture vidéo). – TESLA

La vidéo fait le tour d’Internet. Et de nombreux sites, surtout aux Etats-Unis, s’enthousiasment, jurant que le système de Tesla a « prédit un crash deux secondes avant qu’il se produise ». Mais dans la pratique, même si le programme Autopilot a réagi plus vite que le conducteur, l’alertant et enclenchant le freinage, il a simplement anticipé un danger. Fort heureusement, l’accident, spectaculaire, n’a fait que des blessés légers.

« Ma voiture a été plus rapide que moi. Nous revenions de Liège pour regagner les Pays-Bas avec ma femme et mes enfants. On écoutait de la musique et la voiture s’est arrêtée toute seule », explique le conducteur, Frank van Hoesel, à FranceTVInfo. Il livre cependant une version plus précise
à NBC News : « Quand c’est arrivé et que les autres voitures ont freiné, j’ai appuyé sur la pédale mais la voiture s’était déjà presque arrêtée. »

Vision radar

La séquence des événements semble être la suivante :

  • L’Autopilot repère un danger deux voitures devant et l’alarme de collision frontale retentit.
  • L’Autopilot engage le freinage d’urgence, passant de 113 à 59 km/h en environ deux secondes.
  • La voiture rouge tente d’éviter le 4×4 arrêté devant elle mais le percute au niveau du pneu arrière droit et lui fait faire deux tonneaux.
  • Le conducteur de la Tesla reprend le contrôle et termine le freinage.

Ce qui a joué ici, c’est que depuis le crash mortel de juillet, Tesla a changé son Autopilot. Désormais, il s’appuie en priorité sur une vision radar, grâce à un capteur placé au niveau de la calandre, et plus seulement sur une caméra. Elon Musk l’avait expliqué, le système est désormais capable de voir deux voitures devant en faisant « rebondir l’impulsion du radar » sous le premier véhicule.

Distance de sécurité

Sur la vidéo filmée par la dashcam, on aperçoit cependant les feux arrière du 4×4, à travers le pare-brise de la voiture rouge, avant même que l’Autopilot ne sonne l’alarme. Dur toutefois de savoir si le conducteur de la Tesla, avec un angle différent, pouvait voir ce qu’il se passait deux voitures devant.

20 Minutes a demandé son avis à un agent d’assurance. Selon lui, c’est la voiture rouge qui est 100 % en faute : elle suivait le 4×4 de trop près et sa manœuvre d’évitement ratée a causé les tonneaux. Au-delà de sa réaction rapide, l’Autopilot, lui, a surtout permis d’éviter l’accident pour une raison basique : il respectait la distance de sécurité.

Mots-clés :