Barack Obama et Vladimir Poutine se sont rencontrés au Nations Unies lundi 28 septembre 2015. – Mikhail Klimentyev/AP/SIPA

« Oeil pour oeil, dent pour dent » ? La Russie « ne va expulser personne » en réponse aux sanctions américaines mais se réserve le droit de riposter, au vu de la politique de Trump, a fait savoir ce vendredi
Vladimir Poutine. Plus tôt dans la journée, le ministre des Affaires étrangères avait pourtant annoncé que Moscou allait expulser, elle aussi, 35 diplomates américains en réponse aux sanctions de Washington.

« Le ministère des Affaires étrangères (…) a proposé au président russe de déclarer persona non grata 31 diplomates de l’ambassade des Etats-Unis à Moscou et quatre diplomates du Consulat général américain à Saint-Pétersbourg » (nord-ouest), a indiqué Sergueï Lavrov, lors d’une intervention télévisée.

Après une série de sanctions et l’expulsion de 35 diplomates russes 
des Etats-Unis, conséquence de l’ingérence de Moscou dans l’élection présidentielle américaine, le Kremlin avait promis dès jeudi soir des mesures de rétorsion « adéquates ». La Russie avait rejeté « catégoriquement » ces « accusations infondées », affirmant que
Washington voulait « détruire » ses relations avec Moscou.

Fermeture de l’école anglo-américaine de Moscou

Des responsables américains ont affirmé avoir eu connaissance d’informations selon lesquelles les autorités russes auraient ordonné la fermeture de l’école anglo-américaine de Moscou, fréquentée par de nombreux enfants de diplomates, sans pouvoir les confirmer.

>> A lire aussi : Obama accuse indirectement Poutine et met en garde Trump

Le vainqueur de la présidentielle américaine, le républicain Donald Trump, qui n’a cessé de répéter qu’il ne croyait pas aux accusations d’ingérence russe, s’est abstenu de critiquer
les sanctions décidées par Barack Obama. Il est « temps de passer à d’autres choses plus importantes », a-t-il indiqué dans un bref communiqué, précisant qu’il rencontrerait, « dans l’intérêt de notre pays et de son peuple formidable », les chefs
du renseignement américain « la semaine prochaine » pour faire le point sur cette affaire.

Mots-clés :