Alma Deutscher, 11 ans, photographiée le 17 novembre 2016, a écrit un opéra qui est donné à Vienne, en Autriche. – Ronald Zak/AP/SIPA

Il n’y a pas que Mozart à être précoce. Plusieurs centaines de spectateurs viennent ainsi d’applaudir la première d’un opéra composé par Alma Deutscher, programmé à Vienne, en Autriche, pour les fêtes de fin d’année. Cette prodige britannique est âgée de 11 ans.

Jeudi soir, « la première s’est jouée à guichets fermés devant 540 personnes qui ont réservé au spectacle une standing ovation », s’est réjouie Judy Grahame, responsable des relations publiques pour la jeune Alma.

Une « Cendrillon » revue et corrigée

Produit par une association autrichienne dédiée aux jeunes talents, l’opéra de deux heures composé par Alma Deutscher (avec un livret en allemand) est programmé pour quatre dates, jusqu’au 4 janvier, dans une salle de spectacle de la capitale autrichienne.

Dans cette version revue et corrigée de Cendrillon, l’action se déroule dans un opéra. L’héroïne est une jeune compositrice qui offre une mélodie à son prince, un poète. Les deux belles-sœurs revêches de l’héroïne sont des divas prétentieuses.

Tous les personnages sont interprétés par des adultes, Alma accompagnant elle-même quelques scènes au violon, qu’elle maîtrise aussi bien que le piano.

Des mélodies composées grâce à sa corde à sauter

Elle avait décrit sa méthode de travail à l’AFP lors des répétitions qui se sont déroulées à Vienne cet automne. C’est notamment grâce à sa corde à sauter que naissent les mélodies : « En fait, je ne saute pas, mais je l’agite tout en me racontant des histoires… et souvent les mélodies déboulent dans ma tête, alors je cours les noter dans mon carnet », avait-elle expliqué.

Son talent a notamment a été adoubé par les chefs d’orchestre Daniel Barenboim, Zubin Mehta et Simon Rattle, qui s’est dit « renversé » par ses capacités.

Dans une interview diffusée ce vendredi par la BBC (en anglais), la fillette, domiciliée au sud de Londres, s’est dit « très fière » de voir son opéra sur scène mais pressée de terminer le concerto pour piano qu’elle a en cours, d’écrire un livre, d’en faire un film et de composer la musique. N’oublie pas de passer ton Bach, non ton bac, Alma, hein !

 

Mots-clés :